Nouvelles pistes de recherches

En savoir plus

Pour plus d’informations, contactez :

 Anne-Sophie Renault-Spilmont

Institut Français de la Vigne
et du Vin, Pôle national Matériel Végétal, Domaine de l’Espiguette, 30240 Le Grau du Roi.
Tél.: 04 66 51 40 45.
www.vignevin.com

Dépérissement de la syrah

Nouvelles pistes de recherches

Mise au point du modèle d’étude

L’objectif est de disposer, à terme, d’un système permettant de reproduire rapidement les symptômes « crevasses » et de rechercher des marqueurs précoces du dépérissement. L’identification de tels marqueurs permettrait d’obtenir plus rapidement des résultats lors de la mise en place d’essais qui nécessitent aujourd’hui un pas de temps minimum de 6 ans.

En 2008, un dysfonctionnement cambial très localisé a pu être mis en évidence 1 an après le greffage sur un clone «très sensible » : ce résultat très encourageant doit maintenant être validé. Les essais porteront aussi sur la simplification du protocole de préparation des échantillons afin de gagner du temps et de pouvoir traiter des effectifs importants.

Distinction clonale et approche génétique

Distinction clonale

L’observation ampélographique ne permet pas d’identifier un clone de Syrah. Il est donc nécessaire, dans un souci de traçabilité et, afin de pouvoir, dans certaines parcelles, établir un lien entre les dégâts observés et le matériel végétal, de disposer d’un outil fiable permettant de contrôler l’identité des clones. Sur les 300 marqueurs microsatellites testés,  seuls 3 montrent du polymorphisme sur les 16 clones agréés. L’utilisation de ces 3 marqueurs nous permet d’identifier 2 clones agréés (470 et 301) et un groupe de 2 clones (524 et 747).

Etudes génétiques

L’un de ces 3 marqueurs s’est avéré fortement corrélé au dépérissement, ce qui a  conduit à formuler l’hypothèse d’une cause génétique au dépérissement. Ce résultat permet d’envisager la recherche de gènes potentiellement impliqués dans le dépérissement et ouvre un nouveau champ d’investigations.