maladies vigne; dépérissement syrah; hérault

En savoir plus

Symptômes de dépérissement de la Syrah

Cette fiche propose une synthèse sur l'état des connaissances du dépérissement de la syrah et une nouvelle piste de recherche.

Télécharger la fiche

Dépérissement de la syrah

Les axes de recherche


Intérêts pour la filière

En 1970, la Syrah n’était présente que sur environ 3000 hectares dans la vallée du Rhône septentrionale. Elle est devenue en France le quatrième cépage rouge planté avec 68000 hectares répartis sur 29 départements (32000 ha en Languedoc-Roussillon, 12000 ha en PACA et 8000 ha en Rhône-Alpes). Ce cépage se prête à de nombreux styles de vin et permet une amélioration notable de la qualité ce qui concourt à son développement à l’échelle nationale et internationale.

Historique

Un problème de dépérissement est apparu au cours des années 1990 dans les vignobles du Gard et de l'Hérault alors que les surfaces plantées avec ce cépage progressaient rapidement. Le problème touche actuellement l'ensemble de l’aire d’implantation de la Syrah y compris dans les Côtes du Rhône septentrionales, zone d’origine du cépage. Ce syndrome se caractérise par un rougissement du feuillage (fin d’été ou automne), des crevasses au point de greffe et une mortalité prématurée des ceps. C’est la présence de ces crevasses qui caractérise le dépérissement, beaucoup d’autres facteurs pouvant par ailleurs induire un rougissement foliaire.

L’apparition des crevasses précède toujours le rougissement du feuillage ; beaucoup de souches crevassées restent vertes et productives pendant de nombreuses années. Le rougissement foliaire est, probablement, une conséquence de la perturbation des trajets de sève par le développement des crevasses et l’absence de formation de nouveaux vaisseaux conducteurs. Un cep présentant ces deux symptômes risque de mourir à plus ou moins court terme, en ne repartant pas après la taille hivernale. Le porte-greffe peut en revanche rester vivant et il n’est pas rare d’observer des repousses sous le point de greffe. Le pourcentage de ceps atteints et la progression du dépérissement varient de façon importante d’une parcelle à l’autre. Les pertes et les frais de remplacement sont imprévisibles et les viticulteurs hésitent à planter de nouvelles parcelles avec ce cépage pourtant qualitatif.

Partenaires techniques et scientifiques

Un groupe national, coordonné par l’IFV, a été créé en 2000 sur cette thématique, il regroupe :

  • partenaires techniques : Chambres d’Agriculture (07, 11, 26, 30, 34, 66, 69, 84), SGCDR, SPBPVV, GRAB,
  • partenaires scientifiques  l’INRA (Colmar, Montpellier, Dijon), le CIRAD et SupAgro.
Partenaires financiers

Travaux réalisés avec le soutien financier de Viniflhor, des régions Languedoc-Roussillon, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Rhône-Alpes, d’Inter Rhône et du Centre du Rosé.